Parle mieux à ta Mer ! (1/4)

Le langage marin est riche ! Choisir les bons mots, comprendre et se faire comprendre est crucial pour s’ancrer dans une conversation avec de vrais marins !

Le vocabulaire de la marine est si dense que nous vous le présenterons en quatre parties !

Êtes-vous prêts pour naviguer sur notre article 100% iodé ?

Paire de jumelles aux yeux, lexique en vue de A à… !

A

A contre : une voile ou un bateau recevant le vent du mauvais côté.

A long pic : une ligne de mouillage posée sur le fond.

A pic : une ligne de mouillage perpendiculaire au navire.

Abattée : écart de route généralement involontaire sous l’effet de forces extérieures.

Abattre : lorsqu’un bâtiment tourne sur lui-même autour d’un axe vertical.

Aber: un aber (mot celtique signifiant estuaire) ou une ria (mot galicien utilisé à l’international) est une baie formée par la partie inférieure de la vallée d’un fleuve côtier envahie, en partie ou en totalité, par la mer. L’aber est plus spécifiquement en forme d’entonnoir largement ouverte vers le large.

Abri : comme son nom l’indique il est un emplacement côtier servant à protéger les bateaux contre la tempête.

Abysse : fond océanique de grande profondeur (généralement supérieure à 2000 ou 2500 mètres). Dans les profondeurs, personne ne vous entendra crier !

Accastillage : ensemble des accessoires de pont (manilles, mousquetons, treuil …) qui servent aux manœuvres des voiles d’un navire de faible tonnage. Ce terme est utilisé en particulier pour la navigation de plaisance et sur les yachts.

Accore : pièce de bois servant à caler un navire en cale sèche lors de sa réparation par exemple. 

Accoster : action de s’approcher de quelque chose jusqu’à le toucher, en parlant d’un bateau. On parle couramment d’accostage sur un ponton. A l’accostage moussaillons !

Adonner : se dit du vent quand il tourne dans une direction favorable.

Affaler: ce terme peut renvoyer à la vision d’une personne qui s’affale sur son fauteuil, une bière à la main, mais ici il n’en est rien ! Affaler signifie juste le fait de descendre la voile. Nous lisons déjà de la déception sur votre visage !

Aiguade : lieu où un bateau peut se ravitailler en eau douce. « Marin d’eau douce ! »

Ajut : nœud réunissant deux cordages.

 

 

Alizé : vent du nord-est vers le nord-ouest dans l’hémisphère austral. 

Allure : direction d’où provient le vent.

Amariner : s’habituer à la mer. Une personne est dite « amarinée » quand elle a pris l’habitude d’être en mer.

Amarre / Amarrer : cordage servant à attacher un navire à terre ou sur un ponton. Quand il y en a marre… on vous laisse finir !

Amer : repère naturel ou artificiel permettant de se diriger en mer (clocher, phare, etc…).

Amiral : le mot d’origine « Emir al bahr » signifiant « Souverain de la mer ». Oui oui ça en jette dit comme ça !

Amirauté : siège du commandement d’un amiral.

Ampoulette: sablier servant à mesurer le temps à bord d’un navire.

Amure(s) : côté par lequel la voile ou le bateau reçoivent le vent (bâbord amures ou tribord amures). C’est également le point de la voile situé le plus au vent. Si le vent vient de bâbord, les voiles sont à tribord. A noter qu’on parle de point d’amure pour désigner le point d’accrochage d’une voile à un espar (voir plus loin sa définition).

Anémomètre : instrument mesurant la vitesse (et éventuellement la direction) du vent.

Annexe: embarcation rattachée à un navire porteur. Le plus souvent utilisée pour rallier la terre ferme lorsqu’on est au mouillage dans une crique ou sur un corps mort.

Annuaire de marées : tableau regroupant les horaires et les coefficients de marée par jour et par port. Indispensable !

Appareiller: quitter le port ou le lieu de mouillage

Ardent : lorsqu’un navire se rapproche de la direction du vent. A ne pas confondre avec l’actrice Fanny… (ok on arrête !).

Arrière : partie du navire qui était souvent réservée aux officiers.

Arroyo : chenal (voir la définition plus loin) transformé en cours d’eau après de fortes pluies.

Artimon : voile ou mât situés le plus à l’arrière du bateau.

Assiette : position d’équilibre d’un navire dans l’eau. Du mot « assis ».

Au près : lorsqu’un navire remonte au plus près du vent.

Aurique : se dit d’un gréement dont les voiles ont quatre côtés et reçoivent le vent toujours sur le même côté (le guindant).

Aussière : cordes ou amarres servant à amarrer un navire au quai ou encore à remorquer un autre bateau.

 

Au vent : désigne le côté d’où souffle le vent.

Attrapes : Ce sont les cordages servant à arrimer le fret. Aussi appelés « Saisines ».

 

B

Bâbord : à gauche du navire lorsque l’on regarde vers l’avant.

Bac : grand bateau plat. Rien à voir avec le diplôme donc !  

Baille à mouillage : rangement de la ligne de mouillage sur le pont.

Balancine : cordage servant à soutenir la bôme quand la voile n’est pas hissée.

Balcon : tube métallique qui assure la sécurité du marin.

Bande latérale unique : radio maritime longue distance.

Baromètre : instrument qui mesure la pression atmosphérique.

Barre d’écoute : rail qui permet à la voile d’être déplacée.

 

 

Barre de flèche : élément du mât qui sert à écarter les haubans.

Barrot : poutre transversale supportant le pont.

Basse mer : comme son nom l’indique : le niveau le plus bas de la marée.

Bassin à flot : partie du port qui communique avec la mer.

Bastaque : sortes de leviers à came servant à étarquer le hauban « au vent » et à mollir celui « sous le vent ».

Bateau-feu : bateau équipé de lanternes à l’extrémité de ses mâts pour tenir lieu de phare.

 

 

Battre : faire tourner l’hélice.

Bau : largeur du navire.

Beaupré : le mât prolongeant la proue d’un bateau presque à l’horizontale. Il est souvent prolongé par un bout-dehors.

Béquille : pièce de bois ou de métal destinée à soutenir le navire lors de l’échouage.

Bib : engin flottant ou canot de survie.

Biquille : bateau pourvu de deux quilles parallèles sur lesquels il peut s’échouer facilement lorsque la mer descend, sans devoir béquiller.

Bisquine : caboteur, commun dans la Manche, doté d’un mât « à corne ».

Bitture (prendre la) : c’est une façon de ranger la chaîne d’ancre sur le pont afin qu’elle ne s’emmêle pas et que l’ancre descende le plus rapidement possible.

Bôme : espar placé horizontalement sur le bas de la grand-voile et relié au mât par un vit de mulet, il en tient la bordure (partie inférieure) qui coulisse dessus. On emploie parfois le terme gui.

Bon plein : se dit d’un voilier qui se dirige contre le vent mais à une allure plus abattue que le plus près, les voiles étant assez ouvertes pour privilégier la vitesse au cap.

Bonnette : petite voile dont on se sert lorsqu’il y a peu de vent.

Bordage : revêtement des membrures d’un navire.

Bordé : ensemble des matériaux constituant la coque.

Bordée : mot le plus souvent utilisé lorsque les marins travaillent en 2 équipes : la « Bordée tribord » et la « Bordée bâbord » ou encore les « Tribordais » et les « Bâbordais ».

Border : on borde une voile et cela veut dire de tirer sur son écoute (voir définition plus loin) afin d’aplatir la voile et de la tendre (contraire : choquer une écoute). On ramène ici la voile au plus près de l’axe du navire.

Bosco : maître des manœuvres et de toutes les opérations de matelotage.

Bosse : aussi appelé « Garcette », ce bout de cordage sert à tout (remorquer,  fixer les nouveaux points d’amure et d’écoute lorsqu’on arrise la voile etc…) !

Bosse d’empointure : cordage servant à étarquer la bordure de la voile.

Bosse de ris : cordage ramenant le point de ris sur la bôme.

Bossoir : potence servant à mettre à l’eau une embarcation.

Boujaron : c’est la mesure (et par extension le récipient) d’une ration de Rhum et d’autres breuvages indispensables pour les non buveurs d’eau !

Bout : (prononcé : « Boutte ») : tout cordage embarqué excepté la corde de la cloche.

Bout-dehors : c’est le beaupré des petits bateaux, ou la pièce terminale sur un navire.

Bouteilles : ce sont les W.C. des officiers situés à l’arrière d’un vaisseau. Prendre de la bouteille n’est pas vraiment une expression adéquate ici !

Boutre : petit voilier arabe originaire de la Mer Rouge à l’arrière très élevé.

 

 

Brick : navire à deux mâts gréés à voile carrés. Le mât arrière est « à corne » avec brigantine.

Brigantine : très utile aux navires pour virer bord sur bord au vent de bout, c’est une voile trapézoïdale gréée sur la vergue oblique (la corne) du mât le plus en arrière (le mât d’artimon ou le grand mât pour les goélettes).

 

C

Cabestan : treuil vertical destiné à remonter la ligne de mouillage.

Cabillot : cheville de bois ou de métal, amovible servant à tourner drisses, écoutes etc…

Cabotage : navigation le long des côtes de port en port.

Cacatois : voiles carrées établies le plus haut dans la mâture.

Cadène : chaîne servant à rider les haubans contre le bordage d’un navire.

Caïque : bateau grec ou turc aux deux extrémités pointues.

 

 

Cale : partie d’un navire destiné à recevoir la cargaison.

Calfater : assurer l’étanchéité des bordés d’une coque, des lattes d’un pont, de l’ouverture d’un capot…

Cambuse : cuisine et magasin de vivres. Du Hollandais « kombuis ».

Cap : pointe de terre qui s’avance en mer. C’est aussi la direction du navire par rapport au nord. « C’est un pic, c’est un cap… Que dis-je ? C’est une péninsule ! »

Cap vrai : cap indiqué sur la carte.

Cape (prendre la) : donner au bateau un cap et une vitesse fin qu’il n’avance plus. En cape courante, le voilier continue à faire route à petite vitesse.

Cape sèche : affaler toutes les voiles.

Capeyer : se tenir à une allure de cape.

Caponer (l’ancre) : une fois en route, la remonter contre son bossoir, à l’aide d’un palan appelé capon.

Carcinologie : étude des crustacés.

Cardan : système de suspension à axe longitudinal et latéral permettant à un objet (lampe, compas de route, etc.) de rester à l’horizontale malgré les mouvements du bateau.

Carène : partie immergée de la coque. A ne pas confondre avec le prénom !

Caréner : nettoyer, repeindre, réparer la carène d’un bateau.

Cargue : cordage servant à retrousser une voile contre son mât.

Cargue bouline : cargue servant à remonter la chute d’une voile carrée contre sa vergue.

Cargue fond : cargue servant à remonter la bordure d’une voile carrée contre sa vergue.

Cargue point : cargue servant à remonter le point d’écoute ou d’amure d’une voile carrée contre sa vergue.

Carlingue : grosse pièce placée sur les varangues et parallèlement à la quille pour la renforcer.

Carré : deux significations possibles. Une pièce à vivre d’un bateau. Sur les grands navires, on peut retrouver le carré des officiers, le carré des maîtres, etc. Mais carré pour une voile ou un gréement se dit des voiles de forme trapézoïdale établies sur des vergues.

Cartahu : c’est le nom d’un filin utilisé sur les navires pour manœuvrer des charges lourdes.

Catamaran : navire à 2 coques (voir plus loin la définition).

Chaloupe : canot secondaire d’un navire permettant de débarquer sur une côte.

Chandeliers : tubes supportant les filins protégeant d’une chute en mer.

 

Changer d’amure : signifie « virer de bord ».

Chenal : passage le plus souvent creusé pour permettre le passage des bateaux. Un chenal, des chenaux !

Choquer : relâcher une écoute afin d’éloigner la voile de l’axe du bateau (contraire: border une voile).

Chute : côté arrière d’une voile.

Civadière : voile carrée établie sous le beaupré des navires anciens.

Clinfoc : foc situé le plus en avant.

Clipper : ancien voilier de fort tonnage et de vitesse élevée.

Cockpit : espace ouvert à l’arrière du bateau où se tiennent le barreur et la majeure partie de l’équipage.

Coefficient de marée : indicateur chiffré qui caractérise l’amplitude de la marée.

Compas à pointe sèche : instrument à deux branches permettant d’effectuer des relèvements sur la carte.

 

Compas de relèvement : instrument de relèvement associé à une boussole.

Conchyliculture : élevage des coquillages. Tout de suite dans une conversation vous paraitrez plus savant !

Conserve : sur terre, on dit « aller de concert » et en mer, on dit « naviguer de conserve ».

Coque : carcasse d’un bateau. Il peut être mono ou multi coques. A ne pas confondre avec la poudre de Tony Montana !

Coqueron : compartiment exigu ménagé à l’extrême avant ou arrière d’un navire.

Corne : espar placé en oblique et tenant la partie supérieure d’une voile aurique.

Corps-mort : dalle de béton ou un objet pesant lourd posé au fond de l’eau et qui est relié par un filin ou une chaîne à une bouée appelée coffre, afin que les bateaux puissent s’y amarrer.

Corvette : petit navire de guerre portant une voilure importante sur trois mâts.

 

 

Coup de vent : mauvais temps correspondant à la force 8 de l’échelle de Beaufort (qui va de 1 à 12).

Coupée : accès au navire par son pont ou par sa muraille.

Coursive : passage permettant la circulation du navire.

Crase : règle qui permet de tracer une route sur une carte.

Crocher : accrocher l’ancre au fond.

Cross : centre opérationnel de surveillance et de sauvetage.

Culer : faire marche arrière ou reculer sous l’effet du vent, du courant ou d’une vague.

 

D

Dalot : trou dans la paroi d’un navire pour laisser s’écouler l’eau (eau de lavage du pont, par exemple) à la mer.

Davier : sorte de poulie à grand diamètre qui permet de guider la chaîne de mouillage.

Débarcadère (ou embarcadère) : jetée permettant le chargement et le déchargement des passagers ou des marchandises d’un bateau.

Decca : système de repérage radioélectrique.

Déferler : déployer les voiles.

Démâter : démonter ou perdre accidentellement un mât.

Déraper : arracher l’ancre du fond. On dit aussi qu’un bateau dérape quand son ancre ne le retient plus.

Dérive : aileron situé sous le bateau l’empêchant d’avancer en crabe et de glisser librement sur l’eau.

Dessaler : nous sommes loin d’une recette de cuisine aux plats peu salés. Cela signifie tout simplement « chavirer » pour un voilier.

Déventer : se trouver au vent d’un voilier afin de lui masquer le vent ou faire en sorte de couper le vent d’un voilier.

Drisse : c’est le « bout » (cordage ou filin) qui sert à hisser et à étarquer (ou tendre pour les intimes) une voile ou à manœuvrer une dérive mobile. S’utilise également pour faire monter un pavillon ou une vergue

Dunette : partie élevée du pont à l’arrière du navire.

 


Vous souhaitez tout connaître du vocabulaire marin ? Vous avez appris des choses ? Alors retrouvez nous vite dans nos prochains articles retraçant par LETTRE l’ensemble des termes à connaître pour briller en compagnie des marins…ou tout simplement en soirée !

 

Suite au prochain mouillage … !

Ajouter votre commentaire

Top Originalité

Des produits marins inattendus et des tarifs ultra-serrés

Livraison en Europe

Livraison offerte à partir de 150€ (France Métropolitaine)

Paiement Sécurisé

Toutes les transactions de The Captain Family sont 100% sécurisées.