L’air marin : une iode à la vie et à la bonne santé !

Adeptes du Stérimar®, bonjour ! Cet article est fait pour vous. Prenez un grand bol d’air marin mais pas la tasse !  

Respirer l’air marin c’est prendre un bain d’énergie sans mouiller un orteil ! Véritable recharge pour vos batteries usées par les méandres d’une vie citadine stressante, passons ensemble à la loupe ce phénomène naturel.

« Alors, ça gaze ? »

L’air atmosphérique est un mélange de gaz : azote (78%), oxygène (21%), vapeur d’eau et dioxyde de carbone (0.03%). On dénote aussi un grand nombre de gaz en très faible quantité d’origine naturelle (argon, néon, hydrogène…) ou provenant des activités humaines à l’origine des pollutions urbaines et industrielles.

On peut additionner à tout ceci diverses particules en suspension (le pollen, les spores de plantes, les bactéries, les allergènes, les poussières etc.) véhiculées dans l’air.  Ces dernières ainsi que les polluants sont moins présents dans l’air marin plus riche en oxygène qui couvre une mince bande côtière et évidemment la mer.

De plus, l’air marin est riche en ions négatifs.

Les ions négatifs c’est que du positif !

Contrairement aux ions positifs réputés nocifs, les ions négatifs sont bénéfiques pour notre santé en:

  • Améliorant notre humeur
  • Donnant du tonus
  • Améliorant la qualité de notre sommeil
  • Améliorant notre concentration
  • Favorisant l’oxygénation entre nos poumons et le sang, et entre le sang et nos tissus
  • Améliorant notre respiration et soulageant les personnes souffrant de rhinite allergique, d’asthme ou encore de bronchite chronique.
  • Améliorant la performance de nos organes
  • Améliorant nos performances sportives
  • Diminuant notre taux de sérotonine (neuromédiateur du système nerveux central) et activant la sécrétion de cortisol qui a un effet anti-inflammatoire sur d’éventuelles douleurs articulaires.
  • Nous rendant moins vulnérables au stress
  • Débarrassant dans une certaine mesure l’atmosphère des bactéries (100 fois moins de germes relevés comparé à la concentration de ces derniers en ville).
  • Diminuant la pression sanguine de personnes ayant des troubles cardiaques (étude portée sur quelques cas).

 

Plus il y a d’ions négatifs dans l’air, plus celui-ci est considéré comme « vivifiant ». A contrario : la pollution extérieure ou de nos intérieurs, nos écrans de télévision ou d’ordinateur entraînent la baisse des ions négatifs et la production d’ions positifs notamment responsables de la fatigue, de maux de tête, ou encore d’une certaine irritabilité.

Fuyez, pauvres fous ! La mer vous rendra moins amer !


Résultat de recherche d'images pour "respirer"

Comment naissent ces ions négatifs en mer ?

On les retrouve dans l’air que nous respirons quand nous surfons les vagues ou quand, tout simplement, nous nous promenons sur une plage par forte houle.

Les ions négatifs sont à la base des atomes (chargés d’un ou de plusieurs électrons) libérés par la pulvérisation de l’eau et de l’air associée à la cassure de molécules. On retrouve ce phénomène lorsque les vagues se brisent dans l’eau, sur les rochers ou encore sur le sable.

La concentration en ions négatifs provoquée par les vagues peut atteindre 80 000/cm³.

En montagne, cette concentration n’est que de 8000 à 12 000/cm³. Mais pour les citadins que nous sommes c’est bien pire avec 50/cm³ dans une ville polluée ou encore 30/cm³ dans un local habité.

Cette concentration est influencée par le facteur temps. Aussi, une pression atmosphérique haute entraîne un temps sec et donc une ionisation négative plus importante. Quand un orage se prépare, les ions positifs prédominent et entraînent ce sentiment de malaise ou d’oppression connu de tous. Mais lorsque ce dernier éclate et que la pluie se met à tomber, les ions négatifs reprennent le dessus et tout de suite notre corps se sent bien mieux.

Et l’iode dans tout ça ?

Dans un litre d’eau de mer, on trouve moult minéraux et oligo-éléments comme du sodium, du magnésium, du calcium, du cobalt, du potassium… et de l’iode !

Les embruns et les algues échouées à marée basse libèrent des sels iodés dans l’atmosphère. Bien évidemment, la quantité d’iode varie selon les régions et l’exposition au vent. Aussi, vous aurez plus de chance de respirer de l’air iodé en Atlantique qu’en Méditerranée.

Il fait partie de ces ions négatifs vus précédemment et participe à la stimulation de la fabrication d’hormones thyroïdiennes indispensables au bon fonctionnement et à la régulation de notre métabolisme. Il aide également au développement cérébral notamment dans les premières années de notre existence.

La carence en iode est un problème de santé publique :

  • Troubles neurologiques chez le bébé dans la phase de grossesse
  • Retard mental
  • Troubles de l’audition
  • Augmentation de la glande thyroïde
  • Prise de poids
  • Fatigue chronique
  • Apparition de nodules parfois cancéreux au niveau de la thyroïde

 

C’était le cas de ceux que l’on nommait les « Crétins des Alpes », une expression que le Capitaine Haddock en personne n’aurait pas renié !

Elle désignait les populations qui vivaient dans les zones montagneuses reculées et loin de la mer. Leur alimentation était peu variée. Ces personnes se démarquaient leur petit taille, leur goitre prédominant et le plus souvent un retard mental. Un fléau qualifié d’héréditaire à l’époque mais qui n’était dû qu’à une carence sévère en iode.

20% de la population mondiale en souffre encore aujourd’hui.

 

Que faire si nous ne sommes éloignés du bord de mer ?

L’iode se trouve essentiellement en milieu marin mais une alimentation variée riche en poissons, crustacés, fruits de mer et même en produits laitiers permet d’éviter la carence en iode. Vous pouvez également remplacer le sel normal par le sel iodé dans toutes vos préparations.

 

Image associée

 

A contrario, le tabac freine l’absorption de l’iode. Encore un argument pour arrêter de fumer !

Vous comprenez maintenant pourquoi les médecins du 19ème siècle prescrivaient des séjours au bord de mer à leurs patients qui souffraient de neurasthénie, d’asthme ou encore de tuberculose.

Baladez-vous pieds nus au bord de mer et respirez l’air marin. Si vous ne voyez pas encore ses effets, rassurez-vous en vous disant que vous venez de tonifier vos muscles et votre circulation sanguine rien qu’en marchant sur le sable.

Avec la mer, vous avez tout à gagner !

 Résultat de recherche d'images pour "trace de pied sable mer"

Ajouter votre commentaire

Top Originalité

Des produits marins inattendus et des tarifs ultra-serrés

Livraison en Europe

Livraison offerte à partir de 150€ (France Métropolitaine)

Paiement Sécurisé

Toutes les transactions de The Captain Family sont 100% sécurisées.